Actuellement, pour atteindre un diagnostic de légionelle les contrôles suivants sont effectués:

  • Un examen physique montrant que le patient a une respiration anormale lors de l'auscultation, ainsi que d'autres symptômes tels que fièvre, toux, douleurs abdominales et diarrhée. D'autant plus s'il s'agit d'un patient immunodéprimé, fumeur, âgé ou ayant une pathologie pulmonaire antérieure.

Par ailleurs, il existe plusieurs tests pour détecter la bactérie Legionella, les plus fréquents sont:

  • Test sanguin, où on détecte une élévation des leucocytes ou des globules blancs, ainsi qu'une faible teneur en sodium.
  • Sérologie: il consiste en une analyse de sang permettant de détecter des anticorps spécifiques contre Legionella, à l’aide d’une technique appelée immunofluorescence directe et indirecte (IFD-IFI).
  • La culture de crachats, avec laquelle les bactéries peuvent être détectées par croissance dans un milieu approprié, bien qu'il soit plus efficace d'y recourir lorsque la gravité du patient est supérieure.
  • Détection de l'antigène de Legionella dans l'urine: à ce jour, il s'agit du test le plus demandé pour le diagnostic de la pneumonie à Legionella. Elle consiste à détecter l'antigène du microorganisme au moyen de techniques spécifiques dans un échantillon d'urine. Ce test permet de détecter la maladie dès l'apparition des symptômes et jusqu'à 4 à 6 mois plus tard.

legionellose aspects epidemiologique et aspects clinique (Août 2019).