Une étude de la Harvard School of Public Health de Boston (États-Unis), qui a publié «Archives of Internal Medicine», montre que la dépression pourrait être à la fois un résultat et un facteur de risque de diabète. Les données obtenues renforcent également l’idée que le diabète est associé au stress.

Les scientifiques ont analysé le lien possible entre les deux pathologies dans un échantillon de 1996 à 2006 composé de plus de 65 000 femmes âgées de 50 à 75 ans. Au début de l'étude, les volontaires ont répondu à un questionnaire dans lequel elles détaillaient leurs antécédents médicaux et, plus tard, ils ont rempli d'autres questionnaires tous les deux ans pour enregistrer leur évolution.

Au cours des dix années de suivi, 2844 femmes ont reçu un diagnostic de diabète de type 2, tandis que 7 415 étaient atteintes de dépression. Les femmes dépressives étaient environ 17% plus susceptibles de développer un diabète, même en tenant compte d'autres facteurs de risque tels que l'activité physique et l'indice de masse corporelle. En outre, il a été observé que les personnes sous antidépresseurs avaient 25% plus de risque de souffrir de diabète que celles qui n'étaient pas dépressives.

Les chercheurs ont noté que les patients diabétiques étaient 29% plus susceptibles de souffrir de dépression et que chez ceux qui prenaient de l'insuline, le risque augmentait jusqu'à 53%, par rapport à ceux sans diabète.

Les résultats confirment également l'hypothèse selon laquelle le diabète est lié au stress. Les scientifiques soulignent que le diagnostic de diabète pourrait causer des symptômes dépressifs générés par les altérations biochimiques causées par le diabète ou par son traitement, ou par le stress et la tension subis par les personnes qui doivent vivre avec le diabète et les conséquences de cette maladie.

Source: Europa Press

Delirium - causes, symptoms, diagnosis, treatment & pathology (Août 2019).