Les effets de campagnes anti-vaccination et l’impact négatif sur cette méthode efficace de prévention de la maladie d’un ouvrage publié il y a 20 ans - puis abandonné par la suite - qui associait l'administration du vaccin ROR (rougeole, oreillons et rubéole) pendant l'enfance à une plus grande risque de développer un trouble du spectre autistique (TSA), se traduisent par une tendance à mettre moins de vaccins chez les enfants autistes et leurs frères et soeurs plus jeunes, selon une nouvelle étude.

Les travaux sur l’innocuité et l’efficacité des vaccins, réalisés par Andrew Wakefield, ont été publiés en 1998 dans Le lancet, et bien que cette prestigieuse revue scientifique se soit retirée, son influence semble s’être étendue jusqu’à aujourd’hui, puisqu’une nouvelle enquête montre que la Les taux de vaccination sont significativement plus bas chez les enfants atteints d'autisme et dans ses frères et soeurs plus jeunes comparés à la population infantile en général.

Les chercheurs ont analysé 3 700 enfants ayant reçu un diagnostic de TSA avant l'âge de cinq ans et 500 000 autres, ainsi que les frères et soeurs plus jeunes des deux groupes. Ils ont observé que 94% des enfants de sept ans ou plus du groupe sans TSA avaient reçu tous les vaccins recommandés, contre 82% de ceux qui en avaient un. Dans le cas du RRO, 96% des premiers avaient été vaccinés, contre 84% des enfants atteints de TSA.

94% des enfants âgés de sept ans ou plus et n'ayant pas de TSA avaient reçu tous les vaccins recommandés, contre 82% de ceux qui en avaient un

Taux de vaccination inférieur chez les frères et sœurs d'enfants autistes

Les résultats ont également montré une proportion plus faible de vaccins recommandés parmi les frères et soeurs plus jeunes que les enfants ayant reçu un diagnostic de TSA par rapport aux frères et soeurs plus jeunes d'enfants en bonne santé. Ainsi, dans le cas des vaccins recommandés chez les bébés de moins d'un an, la vaccination n'a été complétée que chez 73% des enfants dont les frères et sœurs âgés étaient atteints de TSA, par rapport à 85% de l'autre groupe.

Frank DeStefano, du Bureau de la sécurité de la vaccination des centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), l'organisme qui a financé cette étude, a déclaré que malgré le preuves scientifiques cette nouvelle étude suggère que de nombreux enfants autistes et leurs frères et sœurs plus jeunes ne reçoivent pas tous les vaccins recommandés, il est donc nécessaire d’adopter des mesures visant à améliorer la qualité de vie des enfants. taux de vaccination de ces groupes afin de les protéger de manière adéquate contre les maladies pouvant être prévenues avec ces médicaments.

Enquête vaccination N° 4- Vaccin ROR + les non vaccinés font ils courir un risque aux vaccinés ? (Septembre 2019).