La peau est l'organe responsable du maintien de la environnement interne, agit comme une barrière pour empêcher la perte d’eau et l’invasion des germes, et protège contre les changements de température, bloquant également les rayons ultraviolets pouvant être nocifs. Chacune de ces qualités mûrit progressivement au cours des premiers mois de la vie du bébé, même si le développement complet de la peau se poursuivra au cours des premières années de l'enfant. Certaines structures, telles que certaines glandes sébacées, ils n'atteignent pas la maturité avant l'adolescence.

Comme l'explique la Dre Elena Tévar, dermatologue et membre de l'équipe du Dr Ricardo Ruiz à la Clinique internationale de dermatologie, "le la peau du petit garçon Il a ses caractéristiques propres qui le différencient de celui de l'enfant plus âgé ou de l'adulte. "En général, les principales différences entre la peau d'un nouveau-né et celle d'un adulte sont que" la peau du bébé est plus fine, plus susceptible. aux infections, aux irritations, aux traumatismes et à la perte d'eau. "Et, le fait que l'épaisseur de la peau d'un enfant ne représente qu'un cinquième de celle d'un adulte facilite l'absorption de certaines substances et peut pénétrer dans les couches de la peau du petit causant quelques problèmes.

En outre, poursuit-il, "il présente une plus grande réactivité vasculaire (il rougit ou pâlit plus facilement), et une moindre sécrétion par les glandes sébacées." Le pH de la surface cutanée du petit, comme celui de l'adulte, varie entre 4,5 et 6, selon les parties du corps. "Cette situation signifie que nos enfants sont davantage affectés par les brusques changements de température ou les conditions climatiques extrêmes.

"Nous devons garder à l'esprit - poursuit l'expert - que la résistance et la tolérance de la peau des bébés et des enfants ce n'est pas la même chose que celle d'un adulte, et c'est donc plus susceptible d'irritation ou d'infection quand il est soumis à une sorte d'agression. "Y compris celui des rayons UV, auxquels ils sont plus sensibles car leur pigmentation est encore plus basse. En bref, les mécanismes d'autoprotection de la peau ne sont pas aussi développés chez le nouveau-né que chez l'adulte, d'où la nécessité de maximiser ses soins.

Et en ce qui concerne l'hygiène, explique que vous devez faire attention "de ne pas altérer le manteau protecteur acide, car c'est la barrière de défense de la peau contre les infections possibles".

LES 10 ENFANTS LES PLUS ÉTRANGES DU MONDE | Lama Faché (Août 2019).