Le développement du fœtus dans le corps maternel suppose une dépense d'énergie importante; Pour couvrir cette demande, le corps doit modifier la quantité et la forme d’assimilation de la glucose, entre autres mécanismes. Au cours des deux premiers trimestres de la grossesse, le contour de toutes les structures du fœtus est essentiellement produit; il n'y a pas de forte croissance du fœtus ou du placenta. À ce stade, le corps de la mère se prépare métaboliquement pour constituer la réserve d'énergie qui favorise la croissance fœtale ultérieure. Augmenter l'apport alimentaire, ce qui contribue à la création d'un amas graisseux; D'autre part, des niveaux élevés de l'insuline (hyperinsulinémie) et les tissus maternels ont une réponse adéquate.

Au troisième trimestre, le fœtus commencera à se développer à grande vitesse aux dépens des réserves maternelles. Le glucose sera l’un des composés nécessaires en grande quantité (le fœtus consommera jusqu’à 50% du glucose de la mère); Pour faciliter cette contribution au bébé, les tissus de la mère exprimeront certains niveaux de résistance à l'insuline, de sorte que la glycémie (et donc disponible pour le fœtus) sera plus élevée.

Dans ces circonstances de résistance à l'insuline, la femme enceinte est susceptible de développer Diabète gestationnel. Dans la plupart des cas, l’altération présente les caractéristiques d’un diabète de type II (origine non auto-immune) et seul un faible pourcentage de la population est atteint de diabète avant la grossesse (diagnostiqué avant la grossesse).

Facteurs de risque de diabète gestationnel

Certaines circonstances concernant la santé et l'état physique de la femme, avant et pendant la grossesse, peuvent supposer des facteurs de risque importants dans l'apparition de cette pathologie, parmi lesquels:

  • Grossesses chez les femmes de plus de 30 ans.
  • Femmes ayant des antécédents familiaux de diabète ou de diabète gestationnel.
  • Présence de surcharge pondérale avant la grossesse.
  • Premier enfant avec un poids à la naissance supérieur à 4 kg ou avec une anomalie congénitale.
  • Femmes ayant des antécédents de fausse couche ou de mortinatalité (grossesse au cours de laquelle le fœtus décède au moment de l'accouchement ou au cours de la seconde moitié de la grossesse).
  • Excès de liquide amniotique.
  • Hypertension.
  • Macrosomie foetale.
  • Polyhydramnios

L’insuline pour traiter le diabète durant la grossesse (Août 2019).