Parmi tous les cancers de la grossesse, il faut mentionner le cancer du sein, qui est l’un des plus fréquents. On estime que le cancer du sein touche une femme enceinte ou puerpérale sur 3 000 à 10 000. 10% des patientes atteintes d'un cancer du sein ont moins de 40 ans et sont enceintes au moment du diagnostic. 3% des cancers du sein sont associés à la grossesse. Les chiffres de sa prévalence incluent les cancers apparaissant pendant la grossesse et ceux survenant jusqu'à un an après l'accouchement.

Comme nous l'avons dit, le diagnostic est généralement retardé, car les modifications physiologiques du sein peuvent masquer les petites tumeurs. Pour faciliter le diagnostic, en cas de suspicion de cancer du sein, une échographie et une mammographie peuvent être effectuées. Une biopsie à l'aiguille épaisse de la lésion suspecte peut également être réalisée. La résonance magnétique est contre-indiquée pendant la grossesse, bien qu’elle puisse être réalisée lors de la puerpéralité.

Au moment de commencer le traitement de la tumeur, le développement du fœtus doit être évalué pour décider quand mettre fin à la grossesse. Après l'accouchement, l'allaitement ne peut pas être fait pendant que la mère est traitée par radiothérapie ou chimiothérapie. L'allaitement est possible pour un sein en bonne santé une fois le traitement terminé.

La grossesse suivante ne doit être planifiée qu'au moins deux ans après le traitement du cancer du sein, car une nouvelle grossesse pourrait augmenter le risque de récidive (récidive de la tumeur).

La survie globale à cinq ans est de 70%, bien que cela dépende beaucoup de l'étendue de la maladie. Il est important de savoir que la grossesse ne change pas le pronostic du cancer du sein.

Enceinte, j'ai eu le cancer du sein #touteunehistoire (Août 2019).