Ce groupe de lésions du sein inclut toutes les lésions qui provoquent la formation de nodules (nodules) dans le sein, qu’elles soient ou non le produit de la multiplication cellulaire (tumeurs ou cancers bénins). Dans le tumeurs bénignes du sein Les autres lésions déjà mentionnées qui causent également des tumeurs sont exclues, par exemple les abcès.

Fibroadénome

Le fibroadénome est la tumeur bénigne du sein par excellence. Il est typique chez les jeunes femmes, où il représente 26% de la pathologie mammaire; dans la population générale, il représente 10%. Il est très étrange qu’il soit maligne et qu’il atteigne rarement 4 cm, bien que des cas de fibroadénomes de 15 cm aient été observés. Il commence par un nodule mammaire ovoïde et indolore. Dans l'exploration, le diagnostic se pose: il est dur mais élastique, pas rigide, il ne fait pas mal au toucher et il bouge à l'intérieur du sein car il n'a pas d'adhérences aux plans profonds ou supérieurs (la peau est pincée sur le dessus). Elle peut être confirmée par échographie, où vous verrez une lésion unique, bien définie et solide. Si vous souhaitez affiner le diagnostic, une biopsie par ponction est effectuée. Avec ce type de tumeurs, vous devez avoir une attitude d'attente et seule une intervention chirurgicale est recommandée en cas de croissance soutenue (supérieure à 2 cm), de douleur mammaire ou d'inquiétude du patient.

Adénome

L'adénome est une tumeur très similaire au fibroadénome. Extérieurement, il n'y a pas de différence avec le fibroadénome. c'est le même type de nodule avec les mêmes caractéristiques, il ne diffère que par l'analyse microscopique et en ce qu'il est très rare. Elle se caractérise par une tumeur très bien isolée et peut être classée en plusieurs sous-types: adénome tubulaire (qui est l'adénome pur), adénome canalaire, adénome de lactation (se développe pendant la grossesse) et adénome apocrine.

Hamartome ou fibroadénolipome

L'argartome ou fibroadénolipome, qui est un nodule bien défini et encapsulé qui ressemble à un fibroadénome, est également rare chez les femmes âgées de 40 à 55 ans. Il est formé de tissu adipeux, musculaire et fibreux, ce qui le rend difficile à sentir car sa consistance est similaire à celle du tissu mammaire. Le traitement est une extirpation, mais ce n'est pas toujours nécessaire, mais il est obligatoire en cas de doute sur le diagnostic. Une autre tumeur rare est une tumeur phyllode ou phyllodes, qui ne survient que chez 0'3-0'9% des cas de tumeurs du sein. Il y a des années, il était considéré comme une maladie maligne, mais cela ne peut pas être démontré au microscope. Cependant, il a une fréquence élevée de récidives après son extirpation et provoque parfois des métastases à distance (il est uniquement qualifié de carcinome). En général, il s’agit d’une tumeur non douloureuse, lisse mais avec plusieurs lobes, elle n’est pas mobile comme le fibroadénome, elle mesure habituellement environ 5 cm mais cette tumeur peut se développer beaucoup et déformer la glande mammaire. Il apparaît après l'âge de 40 ans et l'image sur la mammographie est une masse fibreuse bien définie. Le traitement est toujours chirurgical, si la récidive n'indique pas toujours qu'il est malin, seules les métastases distantes le cataloguent en tant que tel. Cette tumeur ne métastase jamais aux ganglions lymphatiques de l'aisselle, ils ne sont donc jamais enlevés. Si les récidives sont fréquentes, il est indiqué l'extirpation de tout le sein.

Lipome

Le lipome est plus fréquent que les précédents et peut être inclus dans les tumeurs bénignes du sein. Cette tumeur se présente sous la forme d'un nodule bien défini, souple et mobile, composé exclusivement de graisse et limité par une capsule fibreuse, sa taille varie de 2 à 10 cm et ne déforme jamais le sein. Il est plus fréquent entre 40 et 50 ans et peut se calcifier sous forme de fibroadénomes. Le traitement est réduit à un contrôle clinique et seule l'ablation chirurgicale est choisie si la croissance est rapide ou si la femme est atteinte de phobie du cancer du sein.

Sécrétion de tumeurs

Dans les tumeurs bénignes, nous pouvons désigner un groupe de tumeurs qui provoquent des sécrétions non lactiques à travers le mamelon. C'est le cas de papillome intracanalaire; Ce type de tumeurs occupe les canaux où le lait est sécrété juste en dessous de l’aréole, qu’il s’agisse d’une seule grosse tumeur ou de plusieurs petites. Il survient généralement chez les femmes à l’âge de la ménopause et provoque une sécrétion de sang spontanée par le mamelon, généralement par l’un des seins seulement.

Une autre tumeur que nous pouvons également commenter sur les pathologies responsables des sécrétions par le mamelon est la ectasie canalaire. Il consiste en la dilatation des principaux canaux qui transportent le lait vers l'extérieur, également sous l'aréole. Cette dilatation peut atteindre jusqu'à 5 mm de diamètre maximum et l'intérieur est occupé par de la graisse et des débris. Survient à l'âge adulte et, plus souvent, pendant la ménopause, lorsque les seins commencent à s'atrophier, à 40-60 ans.À ses débuts ne provoque pas de symptômes, la première chose qui apparaît est un déversement spontané et intermittent à travers le mamelon, de couleur variable bien que généralement verdâtre, mais qui peut être noir ou marron, de consistance collante, et qui sort par un ou plusieurs orifices du mamelon . Progressivement, l'épanchement devient séreux, sanglant ou clairement sanglant. La femme ressent des démangeaisons, des brûlures et la raideur du mamelon; peut provoquer la rétraction du mamelon en raison de la cicatrisation du conduit; c'est là que la tumeur palpée sous l'aréole imite un cancer du sein car elle peut s'accompagner d'une inflammation des ganglions lymphatiques de l'aisselle. Le meilleur test de diagnostic est l’échographie qui montre la dilatation des canaux sous l’aréole, en plus de l’analyse du déversement à travers le mamelon. Si l'ectasie canalaire est bénigne, elle n'a pas besoin de traitement, mais lorsqu'elle est gênante, les conduits affectés seront enlevés.

Kystes du sein

Enfin, les kystes mammaires constituent un autre groupe important de tumeurs bénignes. Il s’agit de tumeurs mammaires dont le contenu est liquide et dont la relation avec le cancer est inconnue, bien que l’on soupçonne qu’elle est très rare. Ce sont des blessures typiques des femmes matures au début de la ménopause (40 à 50 ans), bien qu'elles puissent apparaître à tout âge; Il est rare avant l'âge de 20 ans et exceptionnel dans la ménopause avancée. Ils sont présentés comme des tumeurs bien définies diagnostiquées par ultrasons. Son traitement consiste en la ponction pour éliminer le liquide analysé. Vous pouvez trouver plusieurs types:

  • Kyste simple: consiste en la dilatation des canaux lactifères profonds occupés par un liquide de couleur variable dont l'analyse indique s'il s'agit d'un simple kyste (liquide séreux clair), d'un abcès (pus) ou d'un hématome (du sang). Votre présentation peut être unique ou multiple de tailles variables. Ils se caractérisent par des nodules que le patient découvre lorsque leur taille dépasse 1 cm et disparaissent après la ponction d'évacuation, bien que 30% réapparaissent. Ce sont des nodules de forme arrondie ou ovale, de consistance molle et mobile, dans lesquels la tension est visible lorsqu’on leur applique une pression, et ils sont remplis de liquide. Le traitement consiste en une ponction pour extraire le liquide et y injecter de l'air, ce qui n'est pas indiqué pour l'ablation chirurgicale dans un seul kyste.
  • Galactocèle: C'est un kyste unique qui contient du lait liquide ou épais qui se forme en raison de la dilatation d'un canal lacté. Elle est liée à l'allaitement et se développe généralement lorsqu'elle est interrompue brusquement. Il est palpé comme un nodule sphérique, mobile, bien isolé, de consistance variable qui, s’il est comprimé, peut faire sortir le lait du mamelon. Il n'est pas pratique d'extraire chirurgicalement un galactocèle, le traitement de choix est la ponction d'évacuation.

Les Tumeurs bénignes du Sein (Septembre 2019).