Dans Angola, la pire épidémie de fièvre jaune Depuis 30 ans, qui a été détecté en décembre 2015 à Luanda, la capitale, a déjà infecté plus de 450 personnes et a causé la mort de 178 personnes, couvrant six des 18 provinces du pays. L'Angola est l'un des 34 pays d'Afrique où la fièvre jaune est endémique et où le vaccin est recommandé.

En dépit du fait que, selon Sergio Yactayo, expert en épidémies de la maladie, Organisation mondiale de la santé (OMS)Ce type de flambée se produit généralement dans les forêts tropicales. Cette fois, la plupart des cas ont été enregistrés dans la capitale. La maladie peut donc être facilement transmise d’une personne à une autre et il est plus compliqué de contenir l’épidémie. Même, a ajouté l'expert, des cas sont détectés dans plusieurs provinces en dehors de Luanda.

Pour empêcher la propagation de l'épidémie de fièvre jaune en Angola, l'OMS a adopté des mesures d'urgence, telles que la vaccination de 5,7 millions de personnes à Luanda.

Cette maladie infectieuse est transmise par les moustiques, notamment par ceux de l'espèce Aedes aegypti, qui est également responsable de la propagation du virus Zika, du chikungunya ou de la dengue. Bien que la pathologie puisse disparaître après l'apparition de symptômes tels que fièvre, maux de tête ou douleurs musculaires, fatigue, nausées ou vomissements, certains patients peuvent présenter une phase plus sévère caractérisée par une forte fièvre, une jaunisse et des saignements internes pouvant être fatals.

Le OMS a déjà adopté des mesures d'urgence, en coordination avec le ministère de la Santé et les partenaires de l'Angola, dans le but de contenir l'épidémie et, pour éviter toute propagation, a vacciné 5,7 millions de personnes à Luanda, et a un système de gestion des incidents. Cependant, comme l'explique Yactayo, bien que la campagne de vaccination ait été efficace et ait réussi à réduire considérablement le nombre de cas, il existe une pénurie de vaccins dans le monde et la réserve d'urgence est épuisée.

L’extension de ce nouveau foyer dû à l’Angola et l’augmentation du nombre de cas importés enregistrés dans les pays d’Afrique rendent prioritaire la vaccination de la population exposée au risque le plus élevé, de manière à OMS a demandé aux fabricants et aux partenaires de détourner les envois de vaccins destinés aux programmes nationaux de vaccination de routine jusqu'à ce que la réserve d'urgence soit reconstituée.

L'OMS s'inquiète de l'apparition de la fièvre jaune en RDC (Août 2019).