L’exposition des femmes enceintes à la pollution atmosphérique due au trafic et d'autres polluants peuvent augmenter le risque d'autisme pour le fœtus. Exposer le bébé au cours de sa première année de vie à ce type de contamination augmente également le risque de présenter cette pathologie.

Telles sont les principales conclusions d'une étude menée par des chercheurs de l'Université de Californie du Sud, aux États-Unis, qui a été publiée dans «Archives of General Psychiatry». Pour mener à bien ce projet, les chercheurs ont pris en compte l'emplacement de la maison de 279 femmes dont les enfants étaient autistes et de 245 autres avec des enfants en développement normal, afin d'évaluer le degré d'exposition à la pollution de l'environnement à chaque trimestre de la grossesse et dans la première année de vie des bébés.

Les enfants qui vivaient dans des maisons dont l'environnement était pollué par la circulation étaient trois fois plus susceptibles de souffrir d'autisme

Les auteurs du travail ont pris en compte des données telles que la distance entre les habitations et les routes, la direction dans laquelle le vent soufflait, la météorologie, la densité de la circulation et d'autres facteurs liés à la pollution générée par la circulation.

Ils ont découvert que les enfants vivant dans des habitations dont l'environnement était pollué par les automobiles étaient trois fois plus susceptibles de souffrir d'autisme que les enfants dont la maison était moins exposée. En particulier, le risque accru d'autisme était associé aux niveaux les plus élevés d'exposition à des particules d'un diamètre inférieur à 2,5 et 10 microns (PM 2,5 PM 10) et au dioxyde d'azote.

Les experts estiment que les effets de l'exposition à la contamination sur le fœtus pendant la grossesse et sur le bébé au cours des 12 premiers mois de la vie doivent être approfondis, ainsi que sur les interactions possibles de cette pollution atmosphérique avec certains facteurs de susceptibilité, car cela pourrait aider à identifier les voies biologiques qui sont activées dans l'autisme et également permettre d'établir des mesures préventives et d'améliorer les stratégies de traitement.

Tyrone Hayes + Penelope Jagessar Chaffer: The toxic baby? (Septembre 2019).