Le empoisonnement causé par la morsure d'un serpent C'est une maladie tropicale non surveillée malgré les nombreux cas qui se produisent chaque jour, comme l'a déclaré l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Selon un rapport récent, chaque année, 5,8 milliards de personnes risquent de tomber sur l'un de ces spécimens toxiques, ce qui représente 2,7 millions de morsures et près de 138 000 décès par an.

Les données qu'ils fournissent quotidiennement sont alarmantes: pas moins de 7 400 personnes sont attaquées chaque jour par des serpents venimeux, principalement dans les zones agricoles et naturelles. Parmi eux, 400 meurent, dont 45% sont des enfants, en raison des effets du poison, allant des troubles sanguins conduisant à des hémorragies mortelles, à une paralysie grave du système respiratoire ou à une insuffisance rénale irréversible.

L'OMS lance une série de mesures visant à réduire le nombre de décès dus aux morsures de serpent, qui attaquent 2,7 millions de personnes chaque année

L’OMS pense que ces cas n’ont pas la notoriété nécessaire et qu’ils ne sont pas bien servis, en particulier dans les régions où ils se produisent le plus souvent, tels que l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine. C’est pourquoi elle a lancé une nouvelle stratégie, qui sera présentée lors de la prochaine Assemblée mondiale de la santé, qui se tiendra du 20 au 28 mai à Genève (Suisse), dans le but de sensibiliser le public à ce problème et d’apporter des modifications pour que ce nombre des personnes touchées descendent jusqu'au milieu d'ici à 2030.

Les morsures peuvent aussi causer un handicap

Mais toutes les personnes qui se débarrassent de la mort après avoir rencontré ces animaux ne sont pas complètement indemnes, mais le venin de nombreux serpents provoque également la destruction des tissus., cela se traduit par invalidité permanente, cela peut même nécessiter l'amputation du membre, avec les problèmes de travail et économiques que cela peut entraîner, en particulier pour les plus jeunes.

L'OMS rappelle que la majorité des décès par morsures de serpent et les conséquences les plus graves de ces attaques peuvent être évités s'ils sont appliqués le plus tôt possible. antidotes stipulé, qui aident à contrôler ou à inverser ses effets. Cependant, l’un des problèmes est que les personnes à risque plus élevé de morsure iraient chercher un traitement devant un guérisseur traditionnel plutôt qu’un professionnel de la santé, ce qui ne serait pas efficace.

Par conséquent, ils ont l'intention de former ces guérisseurs afin qu’ils apprennent à différencier les symptômes les plus graves d’empoisonnement par morsure de serpent et puissent envoyer les victimes dans des hôpitaux ou des centres de santé où elles recevront le traitement nécessaire. La nouvelle stratégie à présenter par l’OMS est destinée à assurer un accès large et rapide aux antidotes pour le venin de serpent, en plus de trouver de nouvelles méthodes de traitement et de diagnostic de leurs morsures.

LES 10 PLUS GRANDS REQUINS DU MONDE | Lama Faché (Août 2019).